Que sont et que font les Retraités ?

Lettre adressée aux Sénateurs et Députés :

Union Régionale des Retraités des Organismes Sociaux de Normandie

BP 1122 76175 ROUEN cedex 1

ROUEN le 18/01/2018

Monsieur le Sénateur,

Un nouveau quinquennat s’est ouvert, ainsi qu’une nouvelle mandature pour nos représentants à l’Assemblée Nationale et au Sénat et à cette occasion nous vous adressons nos vœux pour un travail fructueux.

Selon le souhait unanime de notre Conseil d’Administration, je vous présente l’URROS. Apolitique, fondée dans les années 60, elle regroupe quelques 600 adhérents, majoritairement anciens agents des Organismes Sociaux associant techniciens, cadres, direction, corps médical, ingénieurs, informaticiens….unis par les valeurs de leur passé professionnel au service de la population, répartis dans les 5 départements de notre région, aussi bien dans le secteur urbain que rural.

Ils nous demandent de vous faire connaître leur ressenti et réaffirmer que les RETRAITES dont ils vivent sont le juste retour de leur contrat de travail et des cotisations qu’ils ont versées au cour de carrières longues, avec des semaines de 45h. Elles ne doivent donc rien à des prestations d’assistances soumises à la discrétion de l’Etat. Elles ne représentent pas des revenus privilégiés et sont souvent en partie consacrées à aider les enfants et petits enfants touchés par les divers aléas de la vie actuelle. La propriété de leur logis est pour la plupart le fruit de leurs efforts et ne doit rien à la spéculation " la cigale et la fourmi ".

Les Retraités d’aujourd’hui emploient leur temps à faciliter la vie de leurs enfants, petits enfants, sans compter avec l’accompagnement de leurs parents âgés. Ils admettent donc difficilement que leur retraite indexée sur le coût de la vie et non sur les salaires, ai vu une revalorisation récente de tout juste 0,8% en 4 ans, serve de variable d’ajustement budgétaire de l’Etat. De même ils s’interrogent sur l’augmentation de la CSG de 1,7%, qui nécessairement les touchera lourdement et spécifiquement, les incertitudes sur le devenir des impôts locaux, sans oublier le désengagement progressif de l’Assurance Maladie les conduisant à payer de plus en plus cher des mutuelles elles même surtaxées par les gouvernements successifs.

Au plan social nos adhérents montrent leur civisme en participant activement à la vie associative et publique. Nombreux sont ceux qui participent à l’activité ou à la gestion d’associations d’entraide ou d’animation, particulièrement appréciées par le monde politique que vous représentez.

Tous sont dans l’incompréhension, voire révoltés, du sort qu’on réserve aux retraités aussi bien économiquement que socialement. Très attentifs au contexte politique et social, téléspectateurs assidus des débats parlementaires, électeurs convaincus élevés dans les principes de la solidarité, ils ne renient pas la solidarité intergénérationnelle puisqu’ils la pratiquent à leur niveau. Cependant, bien qu’ils représentent 25% de la population ils craignent d’être une cible facile par rapport à d’autres mieux armés pour se faire entendre.

Les dernières mesures prises à leur encontre leur laisse supposer que la France n’estime plus, ou pire n’aime plus ses seniors. En s’en prenant à eux elle prépare en même temps bien mal les conditions de vie des futurs retraités.

Aussi tous vous demandent de les représenter tels qu’ils sont réellement, et comme nous sommes persuadés que vous les percevez, lors des débats, notamment budgétaires, auxquels vous participez.

Nous serions heureux et honorés de pouvoir vous rencontrer.

Recevez, monsieur le Sénateur, l’expression de nos sincères salutations.

Le président Jean Marc DIART


Autres articles parus dans la VIE DE L'UNION

Plan du site - Infos légales